Quelle différence entre Jeûner et Se nourrir de Prana ?

Quelle différence entre Jeûner et Se nourrir de Prana ?

Je me nourris de prana depuis 4 ans, lors de partages à la suite du film Lumière de Peter Arthur Straubinger, j’ai constaté :

  • une grande confusion dans l’esprit des hommes concernant ces deux termes : Jeûner et se nourrir de prana

  • que le changement d’alimentation des personnes qui se nourrissent de prana suscite des interrogations et des peurs

  • qu’un bouleversement économique, politique, spirituel dérangerait le système si une grande partie des humains modifiait son alimentation

Dans un premier temps, je vous donnerai ma définition et ma perception du jeûne puis celle concernant la nourriture pranique avec les incidences sur notre système de consommation.

  1. Le Jeûne

Définition : Le jeûne consiste à se priver de nourriture .Il est pratiqué dans le monde entier depuis des milliers d’années  par les humains et les animaux, par obligation ou par choix.

Par obligation

Selon les saisons pendant l’hibernation les animaux jeûnent. Leur corps est adapté, leur métabolisme ralenti jusqu’à ce que mère nature pourvoit à nouveau à leurs besoins. Les animaux à qui nous faisons faire l’expérience du jeûne vivent plus vieux et en meilleure santé.

Lors de pénurie, de famine, l’homme est obligé de se priver pour survivre.

En période de problèmes politique dans un pays, de guerre, les responsables gouvernementaux donnent priorité à la défense plutôt qu’aux besoins vitaux des populations.

Par choix

  • Les animaux

les morses réduisent leur nourriture en période de reproduction leur priorité étant de défendre leur territoire ; Les homards quand ils muent ; les manchots pour protéger l’œuf sous leurs pieds…les animaux malades réduisent d’eux même leur nourriture pour survivre. ils ont un instinct de survie et leur corps connait ses besoins

  • les hommes

Pour répondre à des besoins de santé.  « Quand le corps est chargé d’humeurs impures, faites-lui supporter la faim : elle dessèche et purifie » conseillait Hippocrate.

Le jeûne, nouvelle façon de se soigner, nouvelle thérapie ?

En Europe de l’ouest, le jeûne thérapeutique est pratiqué et expérimenté par des dizaines de milliers de personnes. Depuis 15 ans, le jeûne est devenu un élément central de la politique de santé publique en Russie. Le Dr Otto Buchinger a popularisé cette pratique. Il déclare que « Le jeûne stimulerait les forces curatives de l’organisme» De nombreuses études démontrent les résultats significatifs sur les traitements concernant les cancers. Le Pr Valter Longo met au défi les laboratoires de trouver un médicament dont les effets seraient plus efficaces que le jeûne. Le prêtre-médecin Bernard de Malte et le Dr E.H Dewey proposent des jeûnes allant jusqu’à 5 semaines où le corps reçoit les rayons du soleil sur son intégralité. Pour le Docteur Lutzner (RFA): «Jeûner c’est un mode de vie prescrit par la nature (l’animal malade jeûne spontanément, se met au repos, et a même parfois recours à des purgations ou des bains de boue salutaires. NDLR). Jeûner, c’est un comportement d’homme indépendant, libre en son corps, son âme et son esprit. Le jeûne procure une perte de poids, un décrassage général, l’élimination des déchets venus de notre environnement polluant ou de stimulants accumulés, une peau neuve, et un nouveau tonus physiologique et psychologique »

En France, les médecins considèrent que jeûner pendant une période prolongée conduit à la perte des défenses immunitaires et à plus ou moins long terme à la mort. Les diverses études françaises financées par les laboratoires ne tiennent pas compte des résultats spectaculaires démontrés par leurs collègues voisins. En Allemagne, nombreuses sont les cliniques qui proposent des jeûnes thérapeutiques pour obtenir des guérisons.

  • Jeûne politique

Les grèves de la faim  ou jeûne de protestation sont fréquentes dans nos pays. Il s’agit d’une forme de chantage qui a pour but d’impressionner les responsables souvent dans le domaine politique. La peur de la mort, subséquente à ce traitement, leur impose une nouvelle réflexion sur les décisions rejetées par les grévistes. Exemple le jeûne international contre les essais nucléaires. Ghandi et bien d’autres ont obtenu des résultats positifs avec cette pratique.

  • Pour répondre à des demandes d’origines religieuses

La pratique du jeûne se retrouve dans beaucoup de religions : chez les chrétiens : le carême, chez les musulmans : le ramadan,   Le Prophète Mahomet énonçait il y a quatorze siècles : «Jeûnez, vous serez en bonne santé ». Dans la plupart des cas, il s’agit d’une pratique de pénitence pour prendre conscience de ses manquements, se rapprocher de Dieu et développer sa spiritualité.

  • Pour certaines personnes athées

Jeûner participe à l’amélioration de la conscience du corps, des méditations sont vécues en parallèle. Il en résulte un état d’éveil favorisant les choix  de  vie.

  1. Se nourrir d’énergie, de prana, de lumière, de Chi

 Définition : se nourrir sans aliment solide ; s’alimenter en abondance, en répondant aux besoins du corps avec une nourriture subtile, disponible pour tous et à disposition partout dans le monde.

Nombreux sont les termes pour définir une nourriture subtile. Selon les pays, la culture : lumière, énergie en occident ; prana, Chi, Ki, en orient ; Mana en Amérique latine ….

J’utiliserai le terme prana plus répandu jusqu’à maintenant pour parler de nourriture subtile.

Les végétaux

Walter « omsa » Rohrmoser le yogi alpin qui est interviewé dans le film Lumière dit « Lorsqu’une plante grandit, elle se sert de la photosynthèse, elle métabolise la lumière et les gens mangent cette lumière métabolisée en la réduisant en corpus. En d’autres termes, lorsqu’on mange une pomme de terre, on mange la lumière métabolisée de la pomme de terre. Les selles, les éléments physiques sont éliminés, on garde simplement la lumière. C’est comme si notre estomac faisait de la photosynthèse. »

Avec la nourriture pranique, nous métabolisons la lumière avec la respiration  consciente, la présence à soi et à l’autre, sans ingurgiter d’aliment.

Se nourrir de prana :

  • Selon les cultures

Les orientaux prennent soin du corps dans sa globalité .Ils pratiquent le Chi Gong, le Taï Chi, les arts martiaux et ne se questionnent pas sur la capacité qu’ont les hommes, à se nourrir avec une autre source de nourriture que celle que nous connaissons en occident. Cela fait partie d’un potentiel en chacun d’eux dont ils ont conscience et qu’ils développent ou non. C’est simple.

Certains chinois accèdent à l’état de bigus.  Ils se nourrissent avec une conscience fine de l’énergie dans la nature et des mouvements corporels spécifiques. Vivre de prana chez les Bigus est une pratique courante aussi bien chez les enfants, les femmes ou les hommes de tous âges.. En occident, cette probabilité n’est même pas envisageable.

  • Nous nous nourrissons tous inconsciemment de Prana.

Une personne brûlée à plus de 3/5 de son  corps risque la mort car son corps ne respire plus. Chaque être humain se nourrit à son insu de prana mais insuffisamment pour subsister tant que son système cellulaire fonctionne par automatisme. La nourriture pranique consciente amène les éléments nécessaires à la Vie dans ce corps humain que nous avons  choisi d’habiter.

  • La mécanique inconsciente du corps est insuffisante et ne permet pas de

vivre en bonne santé.

Nos corps physique, psychique et mental ont besoin pour vivre en harmonie d’une certaine qualité de nourriture.

Cette qualité se manifeste par la conscience que nous mettons dans l’assimilation de cette alimentation pranique.

Comment recevoir le prana et le transformer en nourriture consciente et suffisante ? Qu’y a-t-il au menu ?

  • La respiration et le souffle aident à percevoir, à sentir, à accueillir, à absorber le prana et à le faire circuler dans le corps.
  •   Le rayonnement solaire apporte aussi l’énergie subtile indispensable à l’homme.
  • Les sons  alimentent notre corps de lumière.

Je pratique chaque jours ces trois outils qui  me nourrissent pleinement.

  • Qu’elles sont les conditions pour se nourrir de prana ?

Dans un premier temps

  • Un désir de retour à soi-même et d’activation de soi-même, c’est à dire à ce que nous sommes en pleine puissance.. Se nourrir de prana consiste donc à absorber en conscience une nourriture invisible non palpable avec des repas praniques, des respirations conscientes, des connexions avec l’Etre Soleil sans limite.

Dans un deuxième temps

  • Se rappeler que nous sommes tous des êtres de lumière et que notre corps émet de la lumière et se nourrit par la lumière qu’il reçoit en conscience. La matière n’est rien que des rythmes autour d’un vide, et la vie physique également. Cependant, nous avons besoin d’habiter cette matière comme un véhicule qui nous permet de vivre sur terre dans l’ici et maintenant.

Dans un troisième temps

  • Passer aux commandes de son « véhicule corps » en communiquant avec ces cellules pour leur apporter ce dont elles ont besoin pour leur évolution. La présence à soi, à son Etre véritable, dans sa globalité conduit à la maîtrise du corps physique. Alors seulement les cadeaux offerts par mère nature deviennent concrets, nourrissants et suffisants s’ils sont conscientisés et donnés aux cellules elles-mêmes apprivoisées et éduquées par un effort de conscience.

Différence entre jeûne et nourriture pranique

La comparaison possible entre le jeûne et la nourriture pranique est qu’aucune nourriture physique n’est ingérée.

Le jeûne est limité  tandis que la nourriture pranique n’a pas de limite dans le temps.

 Sur le plan psychologique

Avec l’alimentation pranique : L’alimentation de lumière ne demande aucune privation, aucune autre personne ou aucune adhésion à un système. Chacun vit cette expérience avec lui, en lui sous son entière responsabilité. Nous sommes seuls Maître à bord et les commandes sont à notre portée. La notion de manger pour survivre n’existe plus.

Le choix délibéré, sans attente de quiconque mène vers plus d’autonomie. Une grande liberté, une joie de vivre s’installe au-dedans sans peur de manque. Une autre souveraineté  prend les commandes du véhicule de lumière.

Le jeûne ne répond pas à ces critères :

Sur le plan physique

En état de jeûne les réserves du corps sont dévalisées. Avec le prana, elles sont conservées et  alimentées. Le  corps résiste mieux au manque qu’à l’abondance. Il résulte de l’alimentation pranique une meilleure forme physique, des besoins de sommeil diminuent, le poids est stable, contrairement au jeûne.

Sur le plan spirituel

En nourriture pranique, le corps, le mental, sont plus libres, il est plus simple de choisir car  la peur du manque n’existe pas.  En alimentation pranique, les perceptions s’affinent, l’Homme est plus éveillé. Il se révèle à lui-même ses capacités de  co-créateur. Avec ses prises de conscience, nous allons vers un autre type de société qui tend vers la décroissance.

Conséquences sur notre société d’un tel choix :

  • Retour vers plus de  liberté, de santé  Déjà en 1937 Arnold Ehret publiait un livre sur le bien fondé de la santé par le jeûne. Il évoquait la possibilité de vivre sans manger en étant en pleine capacité de ses moyens.
  • Respect de la vie et de la nature. Plus d’animaux élevés en batterie dans des camps de concentration, plus de produits chimiques pour intoxiquer notre terre.
  • Arrêt du pillage de la terre pour nourrir des milliards de bovins qui en réalité ne sont destinés qu’à 3% de la population mondiale.
  • Fin des lobbies pharmaceutiques qui inventent de nouveaux traitements pour guérir de la « mal bouffe ».
  • Le  juste milieu

Vivre de prana nécessite une préparation, une foi en ses capacités de s’auto gérer avec la nature ; le soleil, la respiration, les vibrations. Nous ne sommes pas tous prêts à vivre de cette façon. Une nouvelle éducation se profile à l’horizon qui consiste à devenir végétarien. Ce  passage de transition  consiste à arrêter de tuer pour Vivre.

 Cessons  :

  • D’exploiter les animaux comme  « matériaux viandes » comme  nommés dans les administrations et dans les abattoirs.
  • D’exploiter les humains en leur enlevant leur terre pour satisfaire les pays riches dans lesquels la viande reste une nourriture. Nous contribuerons ainsi à la résolution de la faim dans le  monde

Cette nouvelle approche peut résoudre les problèmes de la faim et de la corruption dans le monde.

Ma croyance aujourd’hui consiste à une prise de conscience générale, globale sur tous les continents pour cesser de se battre, de se voler la terre qui appartient à tous afin que chacun puisse trouver sa juste place et faire les choix de nourriture sans passer par les peurs véhiculées  par les institutions qui nous font croire que

  • si nous ne mangeons pas, nous risquons la mort.
  • nous devons manger de la viande pour être en bonne santé

Après vous avoir partagé mon expérience de vie en nourriture pranique, je vous invite si ce nouveau mode de vie vous appelle, à apprendre, avant d’entreprendre un tel voyage :

  • à communiquer avec vos cellules
  • à écouter les messages de votre corps
  • à vous préparer progressivement physiquement et psychologiquement.

J’organise dans le cadre de l’école du vivant des stages de préparation à la nourriture consciente. Le but n’est pas de vivre de lumière mais de vivre en harmonie avec ses besoins dans le respect de tous, avec les capacités que nous avons aujourd’hui.                        

RETOUR

 

        

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s